Accueil Artistes Musées Galeries Nous contacter
 

 

  Barré Virginie  
     
  Naissance 1970
  Lieu ...
  Etudes Post-diplôme, Nantes
  Courant ...
  Lieu de travail Nantes & Douarnenez
  1ère exposition ...
     
 

En 1997, Virgine Barré débute une série de collaborations avec la Zoo Galerie de Nantes. Elle effectue de nombreuses résidences en France et à l’étranger (Marseille, Hambourg, Glasgow), et participe à des expositions de groupe : Musée des Beaux-Arts de Rodez, Friche de la Belle de Mai et Galerie Tohu-Bohu (Marseille), Galerie Prima (Kiel), Künstlerhaus de Hambourg, Tramway (Glasgow), Forum Grimaldi (Air Air, Monaco).

L’année 2000 est marquée par plusieurs expositions personnelles : Ecole des Beaux-Arts de Nantes, Lorient, Public (Paris), Friche de la Belle de Mai.

Depuis les première sculptures, datant du milieu des années 90, jusqu’à ses installations les plus récentes, mais aussi au travers de son œuvre dessinée, Virginie Barré convoque les ressources du polar et du film noir pour mettre en scène des fictions au réalisme frappant et à l’ambiguïté troublante. Travaillant d’une manière presque classique, jouant du poids des corps, de leur mesure, d’un trait précis et descriptif, elle propose au travers de ses dispositifs des scénarios tronqués, d’étranges et violentes représentations de l’inertie du corps abandonné, évocations de la mort et du crime.

De ses premiers travaux de sculpture où le corps, bien qu’à couvert sous les métaphores, occupait déjà une place prépondérante, Virginie Barré a conservé la part la plus morbide. Aujourd’hui, elle dessine et met en scène ses amis ou de parfaits inconnus dans des postures fort peu enviables, laissés pour morts, les membres désarticulés sur de larges flaques de sang factice, acteurs de fait-divers par hasard.

Les installations de Virginie Barré ne sont pas des sculptures. Elles jouent à postuler que quelque chose a eu lieu, mais elles postulent ceci sur le ton du simulacre et de la blague, avec des résurgences de roman noir et des figures de style empruntées aux productions de séries B. Les titres eux-mêmes participent de la théâtralisation : Cache-cache petit mort (1994), Petites funérailles (1995), Corps morts (1996). Chaque installation de Virginie Barré semble rappeler que rien ni personne ne doit sortir d’ici vivant, à commencer par la narration, le plus souvent évacuée de la mise en scène, au profit du seul climax. Les œuvres de Virginie Barré "ne racontent pas d'histoires, [elles] les contiennent."

     
  Expositions

2003 - Overlook, Villa Arson, Nice
2001 - Rouge total, Le Parvis, Ibos
2001 - Dedrum, Galerie Loevenbruck, Paris
2001 - Les Rêveurs, Friche de la Belle de Mai, Marseille & Galerie Ipso Facto, Nantes
2001 - Computer Cosmos, Galerie Vigna
2000 - Help, agence Jestin Robert, Erban, Nantes
2000 - Zooptic, Public, Paris
2000 - Les expositions de ma manche rouge, Lili Reynaud, Nantes
2000 - Pauvre Jack, Galerie des beaux-arts, Lorient
1998 - Pulp, Association 1998, Nantes
1997 - Pare-contres, Galerie des beaux-arts, Perpignan
1994 - Cache-cache petit mort, Galerie Oxymore, Nantes

     
  Liens & sources

Le site de la Villa Arson, Nice
Galerie Loevenbruck, Paris