Accueil Artistes Musées Galeries Nous contacter
 

 

  Günter BRUS  
     
  Naissance 1938
  Lieu Ardning, Autriche
  Etudes Ecole des arts appliqués, Vienne
  Courant Actionnisme viennois
  Lieu de travail Graz & Canaries
     
     
 

Günter Brus peint au début des années 60 des toiles gestuelles en noir et blanc. Il rejoint le groupe de l'actionnisme viennois en 1964. Il réalise des dessins préparatoires, des peintures et des collages. Dans un premier temps, l'artiste réalise des simulations de blessures à l'aide de peinture noire et blanche et d'accessoires tels que des lames, des clous et des ciseaux. Günter Brus cherche à mettre en avantle côté vulnérable du corps.

L'artiste met son propre corps en scène lors de performances corporelles. Il transgresse des tabous, notamment sexuels. En 1968, lors d'une performance, il boit son urine, recouvre son corps de sa propre merde et se masturbe en public en chantant l'hymne australien. Il sera arrêté et emprisonné pendant 6 mois.

En 1969, Günter Brus s'exile à Berlin et crée le Gouvernement autrichien en exil avant "d'abdiquer en tant qu'artiste" en 1970.

Depuis, il se consacre à l'écriture et réalise des dessins au crayons et à la craie (Imagepoèmes).

     
  Il a dit
"L'art dont le but est si précisément formulé suscite ma suspicion. Mais je peux décrire presque exactement ce qui me dégoûte vraiment : l'Autrichien avec Metternich dans ses tableaux, l'Autrichien comme idiot du village des enfants, l'Autrichien en tant que promoteur de la vieille peinture, de la peinture moderne et même de l'art le plus contemporain, la bêtise "Jugendstil", l'Autrichien comme benêt religieux, l'Autrichien qui abreuve les malades mentaux de distinctions officielles et extermine les perversions conscientes."
     
  Expositions

1993 - MNAM, Paris
1989 - Ritter, Klagenfurt
1986 - Residenz, Vienne
1984 - Stedelijk Van Abbemuseum, Eindhoven

     
  Sources & liens

Nouveau dictionnaire des artistes contemporains, Pascale Le Thorel, Ed. Larousse
Günter Brus au Centre Pompidou
Günter Brus à la biennale de Lyon 97