> Accueil > Artistes > Lovis Corinth

lovis Corinth

Lovis CORINTH

A l'occasion du 150e anniversaire de la naissance de Lovis Corinth, le musée d'Orsay souhaite faire découvrir l'originalité d'un artiste célèbre en Allemagne, mais encore peu connu en France.

Après un séjour à Paris entre 1884 et 1887, où il étudie dans l'atelier de Bouguereau, Corinth s'installe à Berlin en 1900 et devient l'un des membres les plus actifs de la Sécession locale aux côtés de Max Liebermann ou Max Slevogt. Corinth aborde presque tous les genres : mythologie, religion, portraits et autoportraits, scènes de genre et paysages. Le dessin, la gravure, le livre illustré ont joué un rôle primordial dans la diffusion de l'oeuvre de cet artiste, considéré comme l'un des précurseurs de l'expressionnisme allemand.

La Sécession berlinoise est fondée en 1898. Max Liebermann en est le premier président et Walter Leistikow l'acteur principal. C'est ce dernier qui convainc Max Slevogt et Lovis Corinth de rallier le groupe. De 1899 à 1911 cette association devient vite un pôle majeur de la vie artistique allemande. En 1904, Paul Cassirer invente l'expression "triumvirat de l'impressionnisme allemand" pour Liebermann, Slevogt et Corinth : il souligne ainsi en quoi ces trois peintres se rapprochent de l'impressionnisme français.

A partir de motifs classiques empruntés à la mythologie grecque, à la religion chrétienne et au monde littéraire, Corinth traite de façon obsessionnelle les thèmes de l'amour, du sexe ou de la mort. Sa peinture, dans son approche et sa facture, s'inspire d'abord de Frans Hals et de Rembrandt.

Corinth a toujours peint d'après le modèle, généralement choisi dans son entourage direct. Ses personnages, aux gestes et aux expressions souvent outrés, célèbrent la nudité sans rien de la grâce présumée des figures bibliques ou mythologiques. Cette parodie de la tradition témoigne d'une veine satirique qui doit beaucoup à Arnold Böcklin et dont les échos se feront sentir chez Ludwig Meidner ou chez George Grosz et Otto Dix.

Plus tard, l'abandon de la hiérarchie des genres incite Corinth à s'intéresser aux scènes de la vie contemporaine, en particulier dans «Jeu de quilles», «Distribution des cadeaux de Noël» (1913) ou dans «Sur la plage de Forte dei Marmi» (1914).