> Accueil > Artistes > Maurice Denis

Maurice DENIS

Maurice Denis a vécu et travaillé toute sa vie à Saint Germain-en-Laye. Il est l’un des principaux membres de l’avant-garde des Nabis, (qui compta parmi ses membres Pierre Bonnard, Paul Sérusier, Edouard Vuillard, Ker-Xavier Roussel ou encore Félix Valotton…) dont il s’est fait le théoricien.

Très impliqué dans les débats esthétiques de son temps, il peint dans les années 1890 des oeuvres où les rythmes, les couleurs vives et pures enfermées dans des courbes sinueuses donnent au tableau une grande force décorative. Après 1900, influencé par l'art italien, il oriente ses recherches vers une nouvelle forme de classicisme. L’une des particularités de la peinture de Maurice Denis est de fondre les modèles de la Renaissance avec les exigences décoratives de l’Art Nouveau. Son oeuvre couvre tous les domaines des arts plastiques, tableaux, estampes et aussi arts décoratifs.

Tout au long de sa carrière, trois thèmes semblent gouverner son oeuvre : l’Art, l’Amour et la Foi. Tous trois trouvent leur expression concrète dans la célébration de la maternité et de l’enfance.

Durant les années 1890-1900, l’esthétique des nabis, faite d’aplats de couleurs et de superposition des plans dans l’espace du tableau voulu sans profondeur de champ, concourt de manière idéale à exprimer l’attachement entre deux êtres. Mais, même durant les premières années, les modèles formels utilisés par Denis sont ceux de la peinture ancienne, notamment italienne. Comme chez Raphaël, Denis englobe la mère et l’enfant dans une même courbe, dans un même cercle. Dans la Maternité au châle noir (1894), ayant appartenu à Gertrude Stein, l’on pourrait presque dessiner le tableau sans lever le crayon de la feuille. L’une des particularités de Denis est sans doute de fondre les modèles de la Renaissance avec les exigences décoratives de l’Art Nouveau.

A l’exemple des impressionnistes et surtout de Degas pour lequel il a une profonde admiration, Denis est adepte des cadrages resserrés, coupant les personnages qui font brusquement irruption dans le champ de vision de l’artiste, adoptant des points de vues originaux, tantôt en surplomb, tantôt en contre-plongée. Les oeuvres de maturité de Denis offrent la double particularité d’être tout à la fois classiques du point de vue de la forme, et symbolistes du point de vue de la narration, comme les tableaux de jeunesse. Contrairement à ce que bien des critiques d’art ont pu écrire, le Denis de la maturité ne rompt en rien avec les années nabies et l’une des constantes de sa peinture, est bien la manière avec laquelle il architecture ses tableaux autour de figures symboliques, à commencer par celles des enfants.