> Accueil > Artistes > Tracey Emin

Tracey Emin

Tracey EMIN

Tracey Emin, est une artiste pétroleuse, trash et scandaleuse en action sur la scène internationale depuis les années 1990, avec des propositions artistiques qui riment avec intime et obsession. Ses travaux artistiques sont à la fois détonants, explosifs, flirtant constamment avec la surprise émotionnelle.

«My Bed», une installation en lice en 1999 pour le Turner Prize, met en scène un lit défait, laissé dans l’état juste après la séparation de l’artiste avec son amant, avec draps froissés, serviettes, culottes et préservatifs usagés, bouteilles vides jonchant sur le sol.

Il faut se rappeler qu’à l’annonce du nom de Tracey Emin comme artiste britannique représentant le pavillon de son pays à la Biennale de Venise en 2007, le milieu de l’art contemporain s’était sans doute imaginé un mini scandale de la part de cette plasticienne. Avec un travail exclusivement centré sur le registre de l’exhibition de ses obsessions (son propre viol, ses fausses couches, son rapport au sexe ou à l’alcool), la critique avait parié sur une intervention décadente et provocatrice. Que nenni ! Après Barbara Hepworth, Bridget Riley et Rachel Whiteread, Tracey Emin, en 4ème artiste féminine à occuper les lieux, a su elle aussi honorer ce rôle et cette place de représentante de son pays. L’artiste prit ainsi toute la mesure de sa responsabilité et investit l’espace du pavillon qui lui était offert pour quelques mois au travers d’une mise en place vraiment sensible, absolument poétique et au final très touchante.

Preuve chez elle d’une belle complexité et d’une grande sensibilité qui longtemps pourtant défraya la chronique et la gazette artistique avec des tirades du style : «Je peux jouir quand on m’embrasse. C’est un luxe.»