EDWARD HOPPER

1882 - 1967


De 1900 à 1906, il fait des études à la New-York School of Art. Il est l'élève de Robert Henri et de Kenneth Hayes Miller. Il découvre Courbet, Manet et Degas. Robert Henri encourage ses étudiants à peindre de manière réaliste la vie urbaine et à « susciter des remous dans le monde ».

A la fin de ses études, en 1906, Edward Hopper voyage en Europe : Angleterre, Pays Bas, Allemagne, Belgique, France. C’est à Paris qu’il séjourne la plupart du temps. Ses premiers tableaux (1909) sont marqués par la tradition réaliste et présentent des caractéristiques qui marqueront toute son oeuvre : une composition s’appuyant sur de grandes formes géométriques élémentaires, des blocs colorés plats, et des éléments d’architecture composés de verticales, horizontales et diagonales très marquées.

Edward Hopper

En 1912, il peint à Gloucester dans le Massachussetts et plus tard à Ogunpint dans le Maine. Hopper expose à l’Armory Show de New York en 1913, mais cette exposition retient peu l’attention. En 1915, il réalise ses 1ères gravures à l'eau-forte. Il en réalisera une cinquantaine de 1915 à 1926. Pendant plusieurs années, Edward Hopper, pour gagner sa vie, réalise des œuvres commerciales jusqu’à l’exposition au Whitney Studio Club à New York en 1920.

En 1923, il commence à peindre des aquarelles. L'année suivante, il expose toutes ses nouvelles aquarelles à la Frank K M. Rehn Gallery à New York. Cette même année il épouse Joséphine Verstille Nivison, peintre également, mais peu connue. Elle l'a toujours beaucoup soutenu et est devenue son modèle. En 1925, il peint House by the Railroad qui marque le début de sa maturité artistique. C'est la première toile d'une série de scènes urbaines et rurales qui traduit une impression d’isolement général et de solitude presque inquiétante.

Hopper a trouvé son style. Il continuera en l’épurant mais sans jamais abandonner ses principes fondamentaux. Ses tableaux représentent des scènes banales de rues tristes, de stations-service, de rails de chemin de fer, de cafés... Dès 1926, il bénéficie déjà d’une grande notoriété. Dans les années trente , il expose au Saint Botolph Club de Boston, au Morgan Memorial à Harthord dans le Connecticut, et au Museum of Moderm Art de New-York.

En 1942, il peint l’une de ses plus célèbres toiles : Nighthawk. Elle montre l’angle d’une rue et l’intérieur d’un café, de nuit, avec un serveur et quelques clients mélancoliques, dans le halo glacé d’une lumière électrique.

En 1950, le Whitney Museum of American Art de New-York organise une rétrospective de son œuvre. D'importantes expositions aux Etats-Unis suivront la même année : Museum fine Arts de Boston et Institute of Art de Détroit. En 1952, Hopper représente son pays à la biennale à Venise.

Il meurt le 15 mai 1967 à New-York dans son appartement du Washington Square, après des soins à l'hôpital. Sa femme meurt moins d’un an après lui. Edward Hopper est le peintre de la solitude et de la mélancolie. Son œuvre marque une étape importante du réalisme américain.

Son style simple et épuré a influencé le Pop Art.


--------------------


Liens :
Edward Hopper au Grand Palais, 2012
Artyst.net
Netmadame