> Accueil > Artistes > Gustav Klimt

Gustav Klimt Le Baiser

Gustav KLIMT

Gustav Klimt est né le 14 juillet 1862 à Baumgarten près de Vienne en Autriche. Il est le 2nd d'une famille de 7 enfants. Son père Ernest Klimt est orfèvre ciseleur, et sa mère Anna Finster est chanteuse lyrique.

Gustav Klimt entre en 1876 à l'Ecole des Arts Décoratifs de Vienne où il suit les cours de peinture du professeur Laufberger et de Julius Victor Berger.

En 1879, avec son frère Ernst et leur camarade de classe Franz Matsch, ils débutent tous trois leur carrière comme décorateurs dans l'équipe de Hans Makart. Il y travaillera jusqu'en 1891. Il réalise de nombreuses fresques pour des bâtiments prestigieux dans un style néo-classique académique. On lui doit notamment la décoration du théâtre de Karlsbad, du Burgtheater de Vienne et du Kunsthistorisches Museum de Vienne.

Ses qualités artistiques et la précision de ses portraits lui valent très vite une grande renommée. Il reçoit en 1888 la Croix d'or du mérite artistique des mains de l'empereur.

Son frère Ernst décède en 1892. En 1894, il obtient avec son ami Matsch la commande pour la décoration du plafond de la salle des fêtes de l'Université de Vienne. Il se voit confier l'exécution de La Philosophie, La Médecine et La Jurisprudence. Ces tableaux allégoriques heurtent la critique, mais sont couronnés de la médaille d'or de l'exposition universelle de Paris de 1900. Ces trois œuvres seront détruites par les nazis durant la 2nde guerre mondiale.

Gustav Klimt s’éloigne alors progressivement de la peinture représentative. Il démissionne, avec 15 autres artistes (dont Josef Olbrich, Koloman Moser et Rudolph Bacher), de l'Association des artistes de Vienne. Ils fondent la Sécession de Vienne en 1897. Klimt est élu président. Le groupe obtient son propre espace d'exposition et publie, Ver Sacrum («Printemps sacré »), une revue illustrée.

En 1902, il peint une grande fresque en l'honneur de Ludwig van Beethoven. Cette œuvre est à nouveau très critiquée mais lui vaut les compliments d’Auguste Rodin. En 1904, il réalise pour un riche banquier Belge les mosaïques murales de sa luxueuse salle à manger. Il y réalise notamment l'Attente et l'Accomplissement.

En 1905, il peint Le Baiser l’un de ses plus célèbres tableaux et que l’on considère généralement comme le sommet de la «période dorée».

En 1907, il rencontre le jeune peintre Egon Schiele. Il aura une très grande influence sur ce dernier et sera à la fois son modèle et son maître. En 1908, avec plusieurs de ses amis, il quitte la "Sécession". Il se consacre alors à une peinture allégorique très ornementée et de plus en plus stylisée. Il peint également des portraits de femmes de grandes dimensions «avec des compositions richement décorées pour flatter une clientèle riche et bourgeoise. Il réalise aussi de nombreuses scènes de femmes nues ou aux poses langoureuses et érotiques, en tenues extravagantes dans des compositions asymétriques, sans relief et sans perspective, riches d'une ornementation chatoyante, envahissante et sensuelle».

En 1910, Klimt participe à la Biennale de Venise qui lui permet de renouer avec le succès. Une atmosphère originale et envoûtante émane des tableaux de Klimt. Ses peintures sensuelles et érotiques, chargées de symbolisme, dévoilent un monde de plaisir et de volupté. Il est alors considéré comme le peintre de l'intelligentsia autrichienne et l’un des inventeurs de l'art décoratif.

Klimt meurt le 6 février 1918 à Vienne d'une pneumonie.

Il a dit : «Faire un autoportrait ne m’intéresse pas. Les sujets de peinture qui m’intéressent ? Les autres et en particulier les femmes...»