> Accueil > Artistes > Amedeo Modigliani

Amedeo Modigliani

Amedeo MODIGLIANI

Amedeo Modigliani, descendant d'une famille de marchands juifs, commença à étudier en 1898 à l'école des beaux-arts de Livourne (Italie), sa ville natale. A la suite d'une maladie, il interrompit ses études en 1901 pour les reprendre l'année suivante à l'Académie des beaux-arts de Florence sous la direction du peintre Giovanni Fattori.

En 1906, Modigliani s'installa à Paris où il fréquenta, entre autres, Pablo Picasso, Jean Cocteau et Max Jacob. Dès ses premières oevres, imprégnées de l'art d'Henri de Toulouse-Lautrec, des peintres fauves et de Paul Cézanne, il afficha son thème de prédilection, le portrait, auquel il ajouta bientôt celui du nu féminin. Faisant sienne la construction cézannienne en larges masses chromatiques, il commença à élaborer un style extrêmement personnel (le Mendiant de Livourne et le Joueur de violoncelle, 1909, collection particulière, Paris), caractérisé par des formes allongées - voire déformées - et l'ovale des visages.

Il exposa pour la 1ère fois au Salon des Indépendants en 1908. L'année suivante, il rencontra Constantin Brancusi, sous l'influence duquel il commença à se consacrer à la sculpture.

Modigliani présenta ses sculptures, pour la plupart inspirées à la fois de l'art nègre et de la sculpture grecque, au Salon d'automne de 1912. Son expérience de la taille directe et du dessin le mena à faire de la ligne le principal élément constructif de ses peintures.

Tout en menant une vie dissipée qui, peu à peu, nuisit à sa santé, il élabora la part très connue de son oeuvre à partir de 1915. Bien que de dessin extrêmement simple, ces portraits ont une forte charge psychologique et révèlent un curieux sens du drame. Citons ceux de ses amis (Max Jacob, 1916, Düsseldorf ; Jacques Lipchitz et sa femme, 1917, Art Institute, Chicago), ceux de simples anonymes (Petit Paysan, 1918, Tate Gallery, Londres), ses célèbres nus d'après modèles (Nu couché, 1916, Courtauld Institute, Londres ; le Grand Nu, 1917, Museum of Modern Art, New York) et enfin les nombreux portraits de sa jeune compagne, Jeanne Hébuterne.