> Accueil > Artistes > Erwin Olaf

Erwin Olaf

Erwin OLAF

Erwin Olaf vit depuis le début des années 80 à Amsterdam, où il travaille dans son atelier aménagé dans une ancienne salle paroissiale. Erwin Olaf, qui combine le photojournalisme et la photographie de studio, a fait son entrée sur la scène internationale en 1988,lorsque sa série très remarquée Chessmen a remporté le premier prix du concours des jeunes photographes européens et a ensuite été exposée au musée Ludwig de Cologne, en Allemagne. Depuis lors, dans chacune de ses séries de photographies ultérieures,Olaf a poursuivi son étude de questions liées aux spécificités de chaque sexe,à la sensualité,à l’humour,au désespoir et à la grâce.

Tandis que les tirages de ses oeuvres de la première heure étaient de style documentaire, en noir et blanc, il y a progressivement introduit la couleur,puis la manipulation numérique, tout en explorant les nouvelles possibilités offertes par le cinéma et la vidéo. Souvent, une série de photos naît en contraste direct avec la série précédente – Mature (1999), des portraits dorés de vieilles femmes dans des poses de pin-up aguichantes; Fashion Victims (2000),un commentaire obscène sur le culte de la consommation du sexe et des marques des grands couturiers;Royal Blood (2000), un portrait minimaliste en noir et blanc qui décrit la nature vindicative des membres de l’aristocratie victimes de mort dramatique;Paradise (2001),un univers sombre et baroque d’individus rieurs, de bouffonnerie et de démence ; Separation (2003), portrait d’une famille glaciale et introvertie dans un salon stérile ; et ses trois séries les plus récentes Rain, Hope et Grief, qui marquent un retour à l’imagerie classique avec des retouches minimes sur ordinateur.

Son film Tadzio, réalisé en 1991 (en collaboration avec le peintre F.Franciscus) a été suivi par des vidéos comiques pour la télévision pour enfants, des courts métrages documentaires, des clips musicaux et des oeuvres de commande pour la compagnie nationale de ballet des Pays- Bas. Plus récemment, Erwin Olaf a réalisé des films et des installations vidéo où il fait appel aux mêmes modèles que dans ses séries de photographies, mais en leur faisant interpréter des rôles différents, comme si ses images animées fournissaient une histoire parallèle à ses photos en couleur. Ces courts métrages ont été sélectionnés pour des festivals de film dans le monde entier.

Au fil du temps, nombre de photos d’Erwin Olaf – de ses nus osés à ses photos au symbolisme intense en passant par le regard inébranlable dans ses images sanguinolentes de violence mise en scène – ont été source de controverse.Comme on pouvait s’y attendre,cette capacité à attirer l’attention a rendu son travail attrayant pour les publicitaires. Il a créé de nombreuses pubs, notamment pour Lavazza,BMW,Microsoft et Nintendo.

En 1999, sa campagne internationale pour les jeans Diesel a été récompensée par un Lion d’Argent au Festival international de la Publicité de Cannes et, deux ans plus tard, il a reçu le même prix pour son travail réalisé à l’intention de Heineken. Parmi les nombreux prix internationaux qui lui ont été décernés dans le domaine des arts et des médias,il a été nommé,en 2006,Meilleur Artiste Néerlandais de l’Année (Kunstbeeld).Ces derniers temps,Erwin Olaf travaille aussi davantage pour des hebdomadaires tels que le New York Times, le Sunday Times et Citizen K.

Il a reçu en octobre 2008 le Lucie Award de la photographie à New-York,récompensant l’excellence de son travail dans le domaine de la publicité. Erwin Olaf est représenté par la galerie Flatland Gallery, Utrecht / Paris et la Hasted Hunt,New-York.