> Accueil > Artistes > A. R. Penck

A. R. Penck

A. R. PENCK

Peintre, sculpteur, mais aussi théoricien et musicien, A.R. Penck (né Ralf Winkler) quitte définitivement l’Allemagne de l’Est en août 1980. Son œuvre témoigne de la division de l’Allemagne et fait écho aux contradictions entre les systèmes politiques de l’Est et de l’Ouest.

Il en résulte une peinture expressive et hautes en couleurs où personnages abstraits, signes, pictogrammes constituent un vocabulaire universel dans lequel préhistoire et histoire contemporaine se mêlent à la science moderne. Dans son œuvre plastique comme dans ses manifestes et d’autres textes parus sous forme de livres d’artiste, A.R. Penck aborde ainsi les thèmes de la communication, de la relation entre l’individu et la société.

Extrait de l’article de Philippe Dagen pour Le Monde : « Penck apparaît bien moins comme un sauvage égaré au XXe siècle que comme un néo-primitiviste savant et efficace. Son obsession initiale se nourrit d'un savoir artistique. D'un savoir magnifiquement utilisé : après son passage d'Allemagne de l'Est à Allemagne de l'Ouest en 1980, et alors que croissent sa notoriété et son influence, Penck travaille sur des toiles de plus en plus vastes, dont le très spectaculaire Quo vadis Germania ? de 1984 est le chef-d'oeuvre. Le sens de la composition par saturation de la surface, les entrelacs et emboîtements tracés souplement, les allusions à Picasso et à Nolde à la fin des années 1990, la réapparition en majesté de son bestiaire exotique : tout se conjugue pour porter cet art du grand dessin symbolique et héroïque à son plus haut point. Porté à ce point de maîtrise, le primitivisme devient un grand style. »