> Accueil > Artistes > Francis Picabia

Francis Picabia

Francis PICABIA

Sa mère est française et son père, espagnol d'origine cubaine, est attaché à l'ambassade de Cuba à Paris. Sa mère décède de la tuberculose alors qu'il a sept ans. Il se retrouve seul avec son père et se réfugie alors dans le dessin.

Elève turbulent, Francis Picabia entre en 1895 à l'Ecole des Arts décoratifs. Son travail artistique est tout d’abord influencé par l’impressionnisme, le fauvisme et le cubisme. Mais Francis Picabia ne souhaite pas se limiter à un seul style. Il délaisse en 1905 une carrière de peintre impressionniste à succès pour se lancer dans l'aventure de l’avant-garde.

En 1913, il peint Udnie. Il semble s'être inspiré de ce que lui offrait le cubisme, tout en jouant. Les courbes dansantes évoquent le corps féminin, tandis que le bleu et le vert vifs s'éloignent des couleurs sourdes du cubisme.

De 1913 à 1915, Picabia se rend plusieurs fois à New York et prend une part active dans les mouvements d'avant-garde. Il travaille sur ce qu’il appelle des «abstractions» ou des «tableaux purs». Il se libère ainsi de la réalité.

En 1915, il devient avec Marcel Duchamp et Man Ray, l’un des initiateurs de l’esprit pré-dadaïste. En 1918, il rencontre Tristan Tzara à Zurich. Il se fait alors l’ambassadeur du Dadaïsme, avec André Breton, à Paris. Il crée à cette période des œuvres d'un humour particulièrement provocateur. Ses œuvres ironiques et polémistes sont peuplées de machines bizarres, symboles du progrès vanté par les futuristes, mais synonymes également de l’aliénation de l’homme dans la société industrielle de ce début du 20ème siècle.

Francis Picabia rompt avec le Dadaïsme en 1922 et, deux ans plus tard, il s’éloigne d’André Breton. Il retourne à la figuration et subit l’influence du surréalisme. Il évoque alors dans sa peinture les maîtres du passé, en mêlant et superposant les motifs qu'il leur emprunte (série des Transparences, 1925-1937).

Dans les années 40, il peint des nus féminins inspirés de photographies de magazines.

Il meurt en 1953, à Paris, à l’âge de 74 ans.