MIMMO ROTELLA

1918 - 2006

Courant : Nouveau Réalisme


En 1945, Mimmo Rotella commence une carrière de peintre à Rome. Après des débuts figuratifs, il élabore un mode d'expression picturale d'origine neo-géométrique. Il réalise sa 1ère exposition personnelle en 1951 à la Galerie Chiurazzi où il présente des œuvres abstraites et géométriques peu appréciées par la critique.

En 1949, Mimmo Rotella invente une suite de paroles privées de sens, de sifflements, de sons, de nombres et d'onomatopées. Il appelle ce mode d’expression alternatif la poésie «épistaltique».

Mimmo Rotella

Mimmo Rotella rencontre les artistes français exposant à Paris au Salon des Réalités Nouvelles en 1951. Durant un séjour comme artiste en résidence aux Etats-Unis, il fait la connaissance d'artistes comme Robert Rauschenberg, Claes Oldenburg, Cy Twombly, Jackson Pollock et Franz Kline. Il rencontrera également plus tard Willem de Kooning et Mark Rothko à Rome en 1960.

En 1953, Mimmo Rotella traverse une période de crise, durant laquelle il cesse de peindre, convaincu que tout a déjà été fait en art. Il découvre alors l'affiche publicitaire comme moyen d'expression artistique et message de la ville. Il commence à coller sur la toile des morceaux d'affiches déchirées et expose pour la 1ère fois ses affiches lacérées en 1955, à l'occasion d'une «Exposition d'art actuel» à Rome. Son travail exploite le «double décollage», affiche arrachée de son support puis déchirée en atelier, et les arrières d'affiches. En 1958, avec la série Cinecittà, il travaille sur les affiches de cinéma dont il isole visages et silhouettes.

L’œuvre de Mimmo Rotella est reconnue et récompensée par de nombreux prix. En 1964, il est invité à la Biennale de Venise.

En 1960, il adhère au mouvement du Nouveau Réalisme, bien qu'il n'ait pas signé officiellement le manifeste. Mimmo Rotella s'installe à Paris, où il élabore un procédé de production en série grâce à la projection d'images en négatif sur la toile émulsionnée, œuvre qu'il appelle Reportage ou Mec-art.

Utilisant des produits typographiques, il réalise entre 1967 et 1973, les Art-typo, épreuves librement reproduites sur toile. Avec ce procédé, il s'amuse à superposer et à enchevêtrer les images publicitaires. «J'ai inversé mon ancienne façon de procéder : d'abord j'ai cherché à désintégrer, maintenant j'essaye de réintégrer cette matière, cette réalité».

En 1990, Mimmo Rotella participe, au Centre Pompidou à Paris, à l'exposition «Art et Pub» et au Museum of Modern Art de New York à l'exposition «High and Low». Il est invité au Musée Guggenheim de New York en 1994 pour «Italian Metamorphosis», puis de nouveau au Centre Pompidou en 1996 dans «Face à l'Histoire», et au Museum of Contemporary Art de Los Angeles à l'occasion de l'expo «Halls of Mirrors».

En 1999, le maire de sa ville natale, Sergio Abramo, prend un arrêté municipal l'autorisant à arracher librement les affiches sur le territoire de Catanzaro.


--------------------


Liens :

Biographie complète

Site Web de Mimmo Rotella

Galerie Artsoum