> Accueil > Artistes > Maurice Utrillo

Maurice Utrillo

Maurice UTRILLO

Le cas Maurice Utrillo qui lui-même passe de la pure tradition picturale impressionniste (période «Montmagny») à l’éclatement de la couleur («période blanche») montre la difficulté pour les artistes de l’époque de s’adapter à un monde en pleine mutation industrielle, à l’image du quartier où ils ont choisi de s’installer : Montmartre, quartier en chantier permanent à l’époque d’Utrillo.

La mère d’Utrillo, Suzanne Valadon, modèle occasionnel mais figure fédératrice du monde de l’art à la fin du XIXe siècle, posa notamment pour Puvis de Chavannes, Renoir et Toulouse-Lautrec. Celle que Degas encouragea vivement à poursuivre sa vocation artistique s’est rapidement affirmée comme une artiste puissante et rénovatrice. Mère à 18 ans, elle a transmis sa passion à son fils. L’échange particulier qui exista entre cette mère et son fils se traduit dans leur amour commun de la peinture et leur admiration réciproque.

Toujours associé à la bohème parisienne à cause de son existence excentrique, Utrillo doit avec ses deux plus belles périodes – «Montmagny» et «période blanche» (1910-1914) – être immédiatement considéré comme l’un des symboles de l’École de Paris, à l’égal de Modigliani ou de Soutine.

C’est au cours de ces deux grandes périodes, qu’Utrillo va exprimer la quintessence de son art en quelques années. Le brio avec lequel il perçoit d’une manière nouvelle Paris et ses quartiers, un regard topographique neuf en pleine continuité à la fois de l’oeuvre du Douanier Rousseau, des impressionnistes et des Fauves où se mélangent, vision de la ville, éclatement de la couleur et art naïf.