> Accueil > Artistes > James Ensor

Tris Vonna-Michel

Tris VONNA-MICHELL

Tris Vonna-Michell est un conteur de talent. Depuis plusieurs années, le jeune artiste britannique élabore des récits raffinés qu’il restitue à haute voix dans le phrasé rapide qui le caractérise. Ses rêveries vocales trouvent à la fois leur origine dans un travail d’investigation complexe et des rencontres fortuites. C’est ainsi que Vonna-Michell combine la réalité et la fiction, le soigneux contrôle et la simple coïncidence, le réel et l’imaginaire, le contradictoire et le plausible. Les histoires qui en dérivent constituent pour lui une forme d’expression artistique, et parce qu’il n’a pas toujours la possibilité de les relater en public (le temps d’une exposition notamment), il enregistre ses récits afin que le staccato haletant de sa voix donne vie aux traces matérielles de ses enquêtes. Ses "collages sonores" s’accompagnent en effet toujours d’images et d’objets, de bribes de détritus ou de photographies souvenirs qui évoquent la propre expérience de l’artiste en un lieu et un moment donnés, comme pour lui rappeler la signification ou les origines d’une histoire, mais aussi en apporter à ses auditeurs la preuve ambiguë.

Toutefois, on peut dire que l’artiste raconte une histoire, même lorsqu’il laisse derrière lui ces images ou d’autres objets, tels des indices continuant à murmurer les liens extravagants et incompréhensibles qui se nouent entre des personnes et des événements disparates.

Les installations de Tris Vonna-Michell ressemblent souvent à des ensembles de fortune, où de simples cloisons, tables en bois ou vitrines font office de décor pour du matériel obsolète (magnétophones, projecteurs de diapositives, tourne-disques) et des objets mystérieusement banals (cure-dents, cartons d’oeufs de caille, minuteurs en plastique en forme d’oeuf, miettes de biscuits). Pourtant, quels que soient les sujets particuliers auxquels il prête sa voix et consacre ses installations (l’effondrement postindustriel de Detroit, un film oublié des années 1980, des tunnels secrets allemands, trois hommes portant apparemment le même nom, le déménagement de la famille de l’artiste à Southend-on-Sea), l’objet véritable de son travail est, peut-être toujours et invariablement, l’Histoire. Et la manière dont l’Histoire – par nécessité et par définition – révèle et dissimule, construit et, en définitive, ment.