> Accueil > Artistes > Jin-me Yoon

Jin-me Yoon

Jin-me YOON

En 1968, sa famille quitte la Corée pour s’établir à Vancouver. Jin-me Yoon suit des études en psychologie à l’Université de la Colombie-Britannique (1985) puis travaille et voyage en Asie. En 1990, elle obtient son diplôme des Beaux-Arts du prestigieux Emily Carr Institute of Art and Design. Après avoir reçu une maîtrise en Beaux-Arts de l’Université Concordia à Montréal en 1992, elle retourne à Vancouver pour enseigner les arts visuels à l’École des arts contemporains de l’Université Simon Fraser, où elle est actuellement Professeur associée.

Depuis 1989, les oeuvres photographiques et vidéographiques de Jin-me Yoon font l’objet de nombreuses expositions personnelles et collectives en Amérique du Nord, en Asie, en Australie et en Europe.

Figure importante de la vibrante communauté artistique contemporaine de Vancouver, Jin-me Yoon affronte de manière saisissante les questions d’intégration sociale et d’immigration, les crispations urbaines et, d’une manière plus fondamentale encore, la vulnérabilité de l’individu dans son rapport à la foule ou à la solitude, à la ville ou au paysage, à une indiscernable mais perceptible terreur ambiante.

Dans une grande partie de son œuvre, et en particulier dans ses vidéos performatives, Jin-me Yoon soumet son corps à une épreuve d’endurance et à une position d’absolue fragilité qui nous font autrement regarder le monde qui en constitue la scène. Vu d’en bas, au ras du sol, ce monde tout à fait banal devient inquiétant et s’oppose d’autant, dans sa verticalité et son flux, à la lenteur et à la difficulté d’avancer du personnage principal de ces absurdes mais très efficaces suspenses. Ce n’est pas son propre regard autant que l’image de son corps rampant que Jin-me Yoon met en représentation. Tel un insecte, ou un blessé, ou encore un fugitif, Jin-me Yoon avance avec ce mélange d’adresse et de difficulté qui lui est tout à fait particulier.

Aussi éprouve-t-on tantôt un inconfort physique et mental, par empathie (mais sans le moindre pathos), tantôt une certaine jouissance exploratoire comme si l’artiste, en se frayant un passage, nous ouvrait une voie. La difficulté et l’incongruité de son action ont pour effet de rompre le charme du décor urbain. Artiste immigrée se mettant en position d’étrangère dans son pays d’origine, Jin-me Yoon se positionne, dans ses œuvres coréennes et japonaises, comme celle qui revient en étant autre. En Asie, Jin-me Yoon est une étrangère cherchant à se frayer un chemin dans sa culture ancestrale, mais sans abdiquer sur un regard critique qu’elle pose, avec prudence, d’en bas.

L’artiste utilise une variété de références populaires et de références à l’histoire de l’art pour explorer comment les représentations que véhicule son corps fonctionnent dans un contexte tendu traversé par de complexes enjeux politiques et sociaux.