Accueil Artistes Musées Galeries Expositions Nous contacter
 
  ON/OFF
   
  FRAC Lorraine - rue des Trinitaires, Metz
Exposition du 9 décembre 2006 au 25 février 2007
   
 
   
 

"La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur".
Carl Gustav Jung

Orientés depuis l'ouverture de son lieu, en mai 2004, autour des questions de perception et d'approches alternatives de la création contemporaine, les projets du Frac Lorraine donnent à expérimenter les espaces et troublent les sens. Après les labyrinthes de carton (Hans Schabus, projet White Spirit), la peinture placebo aux extraits de gingembre et de fleur d'oranger (Jean-Gilles Décosterd et Philippe Rahm), le souffle de la terre (Lorella Abenavoli), et les murs qui se déplacent (Jeppe Hein, exposition Wall to be destroyed), le Frac Lorraine porposera aux visiteurs d'explorer un univers artistique, plongés dans la pénombre...

Incarnation de la modernité, d'une certaine vision positiviste du monde, la "fée électricité" dispense sa lumière rassurante, souligne les contours d'un univers connu, exploré, en apparence dépourvu du trouble de l'équivoque et de l'ambiguïté. Magie de la lumière sublimée, théâtralisée par les artistes qui savent aussi se jouer des évidences de cette clarté souveraine, de ses paradoxes et nuances.

ON/OFF s'engouffre dans le paradoxe, joue l'alternative. L'exposition explore la part sombre, celle du monde des ombres et de l'inconscient; de la peur enfantine du noir qui ressurgit parfois dans les nuits d'insomnie à l'espace du doute; du désir et des fantasmes qui s'immiscent dans l'obscurité et l'espace du deviné, à l'indétermination des silhouettes énigmatiques et fantomatiques, des présences évidées des choses. Alternative également dans la référence à un Orient lointain : l'ombre, dans la tradition asiatique, est la quintessence du raffinement. Elle souligne le diaphane des peaux et l'épure des intérieurs, ménage le mystère, sublime le réel et magnifie le détail. La pénombre et l'obscurité métamorphosent notre regard. Alors, soyons attentifs!

Installations sonores, apparitions fugaces et fulgurantes de pièces luminences et oeuvres réagissant à la présence du visiteur ponctueront le parcours de leur "obscure clarté". Un moment magique entre méditation, imaginaire et trouble dans l'univers des songes, de l'absence et de "ce calme un inquiétant que secrète l'ombre" (Junichiro Tanizaki, Eloge de l'ombre, 1933).

   
  Lien Web