Accueil Artistes Musées Galeries Expositions Nous contacter
 
   


Anne-Marie Schneider

   
  FRAC Picardie - Amiens
du 2 mai au 29 juin 2007
   
 

Chlorométhylétère, 1996-2000
© Anne-Marie Schneider

   
 

« Mon dessin est une écriture quotidienne. Cela m’évite de n’écrire qu’avec des mots » : Anne-Marie Schneider retranscrit ainsi son époque. Elle le fait sans concession aucune à partir des événements exceptionnels, graves ou anodins qui surviennent au plus près comme au plus lointain de chacun de nous. Elle dit aussi de ses dessins : « Mes dessins sont des lettres flottantes sur la plage, page blanche, pattes blanches, mais parfois incisives, le crayon comme un scalpel. Des boules de papier dans la tête à en perdre la boule. Cette boîte de conserve s’ouvre brutalement par trop de contenu, et se déplie. J’ai alors le sentiment souvent de réparer avec mes doigts une toile d’araignée déchirée. »

Le quotidien est un puits où se jouent les variations de l’existence qu’Anne-Marie Schneider relance sous forme de dessins incisifs, de photos et de vidéos. Elle extirpe les éléments qui marquent l’existence ou simplement ceux qui l’interpellent au passage (un mot, un geste, un point obscur, un souci, un problème de société). Capteur sensible des réalités contemporaines, l’ex-musicienne tente d’orchestrer l’afflux de notes dissonantes qui entachent le quotidien. Par un jeu de formes, de couleurs et d’associations d’idées, elle tente l’accord entre soi et ce qui parvient à soi : un accord qui la réconcilierait avec ce qui la saisit.
Anne-Marie Schneider dresse une constellation de dessins qui retracent un parcours de vie… depuis les petits drames de l’existence aux faits d’actualité. Relevés sismographiques des atteintes du quotidien, ses dessins circonstanciés construisent une véritable biographie du quotidien. Ils relatent l’expérience frontale d’une actualité qui imprègne l’individualité.

Face au flot d’indifférence et d’insensibilité, ses dessins incisifs rejouent intensément le réel au travers des thèmes de la mort, de la maladie, de la sexualité, de la violence conjugale, de la maternité, de l’indifférence de l’Homme rivé à la machine.

Anne-Marie Schneider ne consomme pas les tensions que le quotidien génère, elle construit sous l’apparente simplicité formelle des réponses complexes.

Cette exposition, après celle consacrée à Matt Mullican et Gabriel Orozco, présente un des ensembles monographiques parmi les plus importants que le Frac Picardie ait constitué pour une jeune artiste, à laquelle il est particulièrement attentif depuis 1996.

   
  Lien Web