Accueil Artistes Musées Galeries Expositions Nous contacter
 
   
  Pinault, Arnault : d'une fondation l'autre
   
  Source : Le monde du 01/10/06
   
 

Une grande fondation pour l'art contemporain à Paris : François Pinault a renoncé en mai 2005 à créer la sienne sur l'île Seguin ; Bernard Arnault, son grand rival dans l'industrie du luxe et l'acquisition d'art, semble en passe de réaliser la sienne dans le bois de Boulogne. La presse est conviée, lundi 2 octobre, à une mystérieuse conférence de presse au siège du groupe LVMH, avenue Montaigne, dans le 16e arrondissement de Paris. Selon nos informations, le PDG du groupe de luxe et grand collectionneur d'art, entouré par rien de moins que le ministre de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres, et le maire de Paris, Bertrand Delanoë, devrait annoncer la création d'une ambitieuse "Fondation Louis-Vuitton pour la création".

Celle-ci prendrait place dans le Jardin d'acclimatation du bois de Boulogne, dans un bâtiment imaginé par le prestigieux architecte américain Frank Gehry, l'auteur du musée Guggenheim de Bilbao.

La direction de cette nouvelle vitrine de l'art contemporain devrait être confiée à Suzanne Pagé. Celle-ci doit quitter à la fin de l'année la direction du Musée d'art moderne de la Ville de Paris.

Si la Fondation Arnault suscite autant d'enthousiasme que l'abandon du projet Pinault sur l'île Seguin avait provoqué de déception, l'annonce de lundi promet de créer un bel événement. Les milieux culturels de toute obédience avaient sévèrement fustigé l'Etat et la Ville de Paris pour n'avoir pas réussi à garder en France la Fondation Pinault, partie s'installer au Palazzo Grassi de Venise en raison, selon M. Pinault, des délais trop longs et des obstacles administratifs rencontrés sur l'île Seguin.

Le nouveau bâtiment sera relativement modeste, 6 000 m2 de planchers. "Mais, dit un collaborateur proche de Bernard Arnault, à vouloir construire trop grand, on finit par ne rien faire du tout..." Une allusion transparente à l'échec du rêve de François Pinault pour l'île Seguin, qui démontre, si besoin était, que la vieille rivalité a encore de beaux jours devant elle.

   
  Voir l'article complet sur le monde.fr