Robert Houle Centre Culturel Canadien

Centre Culturel Canadien, Paris

Le Centre culturel canadien présente une installation de Robert Houle qui propose un voyage métaphorique dans le Paris de 1845. Rencon- tre de deux cultures, celles du Vieux Continent et du Nouveau Monde, Paris/Ojibwa évoque un événement exotique ayant frappé l’imaginaire des Parisiens au 19e siècle et inspiré peintres et poètes, parmi lesquels Delacroix et Baudelaire.

Conçue à l’occasion d’une résidence de production à la Cité des Arts de Paris en 2006, cette création est un hommage à la mémoire d’une troupe de danseurs indigènes autant qu’une réflexion sur le thème, crucial ici, de la disparition. Le titre de l’œuvre fait allusion au contact entre les Parisiens et un groupe d’Autochtones du Canada conduits par un homme remarquable, Maungwudaus (Grand Héros).

D’avril à décembre 1845, les Parisiens ont vu d’authentiques Ojibways déambuler dans leurs rues. Artistes ambulants perçus comme une curiosité, ceux-ci, aussi appelés Mississaugas ou Chippewas, venaient d’une région alors connue sous le nom de Canada-Ouest.

À l’invitation du peintre George Catlin, Maungwudaus, sa famille et ses compagnons avaient quitté Londres pour remplacer les Iowas qui formaient les tableaux vivants accompagnant une exposition de pein- tures conçue à Paris par Catlin. Frappés par une épidémie de variole, les Iowas, autre tribu autochtone, s’apprêtaient à rentrer au bercail.