Carré d'Art Nimes Larry Bell

CARRE D'ART, Nîmes

La connaissance de la création américaine a longtemps été dominée par l’hégémonie New Yorkaise et la Côte Est des Etats-Unis. A la suite de l’exposition John Baldessari (2006), Carré d’art continue sa mise en lumière de la création de la côte Ouest. En hiver 2011, la première exposition monographique globale de Larry Bell permettra de découvrir de nouveaux enjeux.

L’espace et la lumière, l’utilisation de nouvelles technologies et la science-fiction comme source d’inspiration vont marquer la création de Larry Bell. S'il a influencé la scène américaine depuis le milieu des années 60, son travail ne cesse d'intriguer et nourrir une recherche contemporaine, en témoigne le récent hommage de Jeppe Hein à la galerie Templon à Paris.

Tout en conservant une antenne à Venice Beach, l’artiste a su sortir des catégories étroites et du confinement de la scène californienne pour élaborer une oeuvre aux multiples facettes. Marqué par l'enseignement de Robert Irwin, il va développer un travail singulier qui ouvre les frontières de la perception, questionnant la périphérie du regard, la lumière et l'espace.

Tout en conservant une antenne à Venice, il installe son atelier au Nouveau Mexique, autour d’une machine spécialement conçue pour lui qu’il appelle «le tank». Le luxe sublime des matériaux, la rigueur mathématique des procédés et l’invention constante en font un maître à l’égal des grandes figures d’artistes-inventeurs.

Dépassant les catégories traditionnelles abstraction-figuration, moderne-sublime, ou encore décoratif-conceptuel, l'oeuvre de Larry Bell recouvre un riche corpus, qui dépasse de beaucoup «l'artiste qui fait des cubes en verre sur des socles transparents», et comprend des peintures, des oeuvres bi-dimensionnelles hybrides, des installations environnementales mais aussi des structures lumineuses parfois aux frontières de la sculpture et de l'architecture.