Biennale Venise

53ème BIENNALE DE VENISE

La 53ème édition de ce célèbre événement d’art international d’art intitulée cette année “Making Worlds” (Construire des mondes) dirigée par Daniel Birnbaum ouvre ses portes le 7 juin 2009 jusqu’au 22 novembre au Giardini (50.000m2) et à l’Arsenal (38.000m2) mais également dans d’autres lieux tout autour de la ville.

De nouveaux pays participent à l’événement dont le Gabon, Les Emirats Arabes, le Pakistan mais également, touche d’originalité... le Vatican !

Claude Lévêque représentera la France. Pour présenter son travail dans le Pavillon français, l'artiste a choisi pour commissaire Christian Bernard, directeur du Musée d'art moderne et contemporain de Genève. Claude Lévêque propose, au sein du Pavillon français, une installation intitulée «Le Grand Soir», qui s’inscrira dans la lignée de son travail. Notion spécifiquement française de la veille de la révolution, «Le Grand Soir» évoque le moment du basculement d’un monde à un autre.

Le Directeur Daniel Birnbaum, figure centrale de la scène artistique internationale contemporaine, est un critique d’art et philosophe suédois qui connaît bien le fonctionnement de la Biennale puisqu’il a en assuré le co-commissariat en 2003 pour la 50ème édition. Il a aussi été l’un des quatre commissaires de l’exposition «Airs de Paris» qui s’est tenue au Centre Pompidou en 2007. En 2008, il a assuré, avec Hu Fang, Akiko Miyake, Hans Ulrich Obrist et Beatrix Ruf, le commissariat de la 3ème Triennale de Yokohama ainsi que la direction de la 2ème Triennale de Turin.

”Making Worlds”, présentée au Giardini dans un Palais des expositions restauré, est une exposition unique articulant différents thèmes dans un seul grand ensemble. L’exposition n’est pas divisée en plusieurs sections. L’espace regroupe le travail de 90 artistes venus du monde entier et de toutes les disciplines (installation, vidéo, sculpture, performance, peinture, dessin...)

Le titre “Making Worlds”, dit Daniel Birnbaum, exprime son souhait de mettre en évidence le processus de création. Un travail artistique représente une vision du monde et peut être vu, s’il est considéré sérieusement, comme la création d’un monde. Prendre cette création de mondes comme point de départ, permet à l’exposition de mettre en lumière l’importance fondamentale de certains artistes clé pour la créativité des générations à venir. L’exploration de nouveaux espaces permet d’aller au-delà du contexte institutionnel et des attentes du marché de l’art.

Ce que Daniel Birnbaum veut partager avec les visiteurs de la Biennale de Venise est la possibilité de nouveaux commencements