Frac Pays de la Loire Nantes, Guillaume Janot

FRAC Pays de la Loire

Emprunté de toute pièce à une campagne promotionnelle concernant un vaste projet immobilier dans la banlieue de Pékin, le titre Enjoy the mountains with a spanish atmosphere illustre le caractère polymorphe des productions récentes du photographe.

Ces dernières années, la pratique et les préoccupations plastiques de Guillaume Janot se sont notamment distinguées par un intérêt de l’artiste pour les paysages de parcs d’attraction et d’environnements factices, délocalisés aux quatre coins du monde.

Directement issu de la série Ecostream, ensemble de photographies inédites réalisées entre 2007 et 2009, le corpus présenté dans la salle Mario Toran, se conjugue à la manière de cartes postales hybrides, de séquences ambiguës qui procèdent d’une double décontextualisation, à la fois géographique et iconographique. Disneyland, le jardin botanique de Sydney, le zoo de Vincennes deviennent les prétextes et le décor à un voyage qui dresse les contours d’un parcours paradoxal dans l’univers d’une imagerie standardisée. Architectures et espaces de la réplique, illusions fabriquées de nature bucolique ou de forêt tropicale, la trame de l’exposition s’apparente à une traversée dans les territoires de l’image et de ses archétypes, à l’aune des concepts de parc planétaire et de village mondial.

Par une autonomisation du cadrage, Guillaume Janot exploite le caractère artificiel de ces lieux génériques reconstitués, en surjouant l’élément fictif et en prolongeant ses ressorts fantasmatiques. A travers une esthétique du streaming et de l’ersatz, Enjoy the mountains with a spanish atmosphere participe d’une immersion généralisée dans un «ailleurs» reformulé par l’artiste. Entre reconnaissance de références et perte de repères, le spectateur n’a de cesse d’osciller face au doute créé quant à la nature de l’image et l’identité du lieu regardé.

En explorant la notion de représentation et de ses différentes dimensions réflexives, en provoquant le trouble, Guillaume Janot questionne le medium photographique en tant qu’instance de vérité. Dans une perspective non documentariste, le travail du photographe fait écho aux données contemporaines de patrimoine et de spectacle, de tourisme et d’exotisme, de société de loisir et de globalisation culturelle.

En révélant un précipité des conditions de réception et d’interprétation d’un réel, Guillaume Janot donne à voir une trajectoire possible des images, reflet des flux actuels et des circulations à l’œuvre dans la bulle moderne. Une manière d’interroger des clichés comme une façon de les parcourir.