Magasin CNAC Grenoble

MAGASIN, Grenoble

A la fin de l'année 2008, le Magasin a présenté le premier volet d'une exposition et d'une publication consacrées aux années 80. Le projet était organisé à partir de groupes d’oeuvres qui mettaient en lumière les notions d’espace privé, d’espace public et de communauté.

Ce second volet est quant à lui dévolu à la question centrale de l’image. Qu’il s’agisse du motif, «le pattern», des artistes regroupés au tout début de la décennie sous le vocable éponyme, des différents répertoires iconographiques ou des styles, la période emprunte tout aussi bien à l’industrie culturelle et aux médias qu’à l’histoire de l’art ancien ou moderne.

Cet appropriationisme tous azimuts d’images existantes, se décline aussi bien dans un registre néoclassique, à travers la «pittura colta» d’un Carlo Maria Mariani, ou celle décalée de la deuxième manière de Salvo ou encore de celle d’artistes allemands comme Ulrich Horndasch. Il est également observable dans le futurisme (le «nuovo futurismo») de Plumcake ou du néo-géo de Peter Halley.

Les images de l’industrie culturelle et des médias sont abondamment utilisées par les artistes de “Metro Pictures”. Cindy Sherman, Walter Robinson, Thomas Lawson, Jack Goldstein et bien d’autres empruntent à la télévision, à la publicité, au cinéma ou à la bande dessinée des icônes et des manières de les fabriquer ou de les reproduire.

Ce flot d’images et de signes se retrouve également dans la production des «media peintres» français (les Ripoulin, Les musulmans fumants, Nina Childress) que dans celle des artistes américains venus du graffiti, qui se retrouvent dans les galeries Fun et de Gracie Mansion. La même prodigalité est également observable chez les artistes allemands, autour notamment de Martin Kippenberger et de Jiri Georg Dokoupil.