Accueil Artistes Musées Galeries Expositions Nous contacter
 
   
  Helene Schjerfbeck

Mädchen vom Bildteppich, 1915
© Helene Schjerfbeck

   
  Musée d'art moderne de la ville de Paris
jusqu'au 13 janvier 2008
   
 

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente en association avec la Hamburger Kunsthalle - qui en est l’organisatrice - et le Gemeentemuseum de La Haye, la première rétrospective française de l’artiste finlandaise Helene Schjerfbeck (1862-1946).

Cette monographie donne une vision complète de son oeuvre, en dévoilant 125 peintures, aquarelles, dessins et documents, et fait suite à la présentation, dans le cadre de Visions du Nord en 1998 au Musée, des saisissants autoportraits qu’elle a réalisés tout au long de sa vie.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
 

Extraits de textes du catalogue - Préface

Hubertus Gaßner, Directeur de la Hamburger Kunsthalle
Wim van Krimpen, Directeur du Gemeentemuseum, La Haye
Fabrice Hergott, Directeur du musée d’Art moderne de la Ville de Paris

"Si Helene Schjerfbeck (1862-1946) est aujourd’hui une figure quasi mythique de la peinture en Scandinavie, elle n’en demeure pas moins largement méconnue dans le reste de l’Europe.
C’est pourquoi nous nous félicitons de pouvoir présenter le travail de cette artiste, très appréciée et exerçant une influence certaine tant en Finlande qu’en Suède, à l’occasion de cette première rétrospective itinérante hors de Scandinavie. Quatre-vingt-dix ans après sa première exposition personnelle à Helsinki, nombreux sont ceux qui ignorent encore tout de l’envergure et de la portée de son oeuvre.

Le talent d’Helene Schjerfbeck ayant été très tôt reconnu, l’exposition s’ouvre sur les impressions rassemblées par la peintre au cours de ses voyages de jeunesse et de ses années d’étude à l’étranger. Formée à l’école du réalisme, elle assimila les influences de l’impressionnisme avant de commencer à élaborer un style personnel au tournant du siècle.

Au cours des cinquante années d’isolement volontaire qui suivirent, le détail narratif s’effaça de sa peinture au profit d’un langage formel particulièrement expressif. Il en résulta une série d’autoanalyses révélant une démarche aussi courageuse que stoïque face au processus du vieillissement.

Dès 1983, la Hamburger Kunsthalle, alors dirigée par Werner Hofmann, montra des oeuvres de Schjerfbeck dans le cadre de l’exposition « Sieben finnische Malerinnen » [« Sept peintres finlandaises »], organisée par l’Académie des beaux-arts d’Helsinki et adaptée par Sigrun Paas. Rassemblant plus de cent vingt oeuvres, la présente rétrospective, qui offre une approche plus approfondie de son travail, est la première conçue dans une perspective européenne.

L’oeuvre d’Helene Schjerfbeck est pour l’essentiel conservée en Scandinavie, dans plusieurs musées et, surtout, chez de nombreux collectionneurs particuliers. L’Ateneum abrite, outre ses propres collections, un certain nombre de collections privées : il eût été impossible de réaliser cette exposition sans son généreux soutien et le prêt de plus de trente-cinq oeuvres que cette institution a consenti.

Outre les prêts importants accordés par d’autres collections publiques et fondations privées, plus d’une trentaine de collectionneurs particuliers ont accepté de se séparer provisoirement de leurs « trésors », permettant que certaines toiles soient pour la première fois présentées au public.

Les oeuvres de Schjerfbeck appartenant à la succession de Gösta Stenman, son marchand de tableaux, n’ayant pas toutes été disponibles au prêt, c’est grâce à l’aide de ces nombreux et généreux prêteurs qu’il a été possible de monter ce projet.

Inédite sous cette forme, y compris en Scandinavie, l’exposition offre au public finlandais et suédois de nouvelles perspectives sur l’oeuvre d’Helene Schjerfbeck. Mêlant toiles isolées et séries, elle présente pour la première fois au public européen dans toute sa dimension la démarche de cette artiste singulière.

À l’origine de ce projet, Annabelle Görgen, conservateur attaché aux expositions à la Hamburger Kunsthalle, a pris en charge de bout en bout et avec quelle compétence (!) la conception de l’exposition, les recherches nécessaires à sa concrétisation, le choix des oeuvres, les relations avec les prêteurs et l’édition du catalogue.

Nous lui exprimons ici nos plus chaleureux remerciements. De nombreuses autres personnalités et institutions ont contribué à la réussite de ce projet, ce dont nous les remercions également. Nous sommes tout d’abord grandement redevables à Maija Tanninen-Mattila, directeur de l’Ateneum, Helsinki, ainsi qu’à Leena Ahtola-Moorhouse, conservateur en chef de ce musée et spécialiste réputée de l’oeuvre de Schjerfbeck, pour avoir soutenu ce projet dès son origine et nous avoir apporté leurs précieux conseils. Ayant non seulement accepté de prêter des oeuvres essentielles provenant du musée, tous deux ont en outre favorisé nos démarches de prospection des collections privées en Finlande. Nos remerciements vont aussi à Barbro Schaumann, de Christie’s Stockholm. Grâce à sa collaboration, nous avons pu accéder à des oeuvres appartenant à des collectionneurs particuliers en Suède.

Nous sommes également très reconnaissants à Päivi Blinnikka, consul général de Finlande à Hambourg, ainsi qu’à Marjatta Hentilä de l’Institut de Finlande en Allemagne, Berlin, qui nous ont aidés à élaborer un ample programme de manifestations liées à cet événement.

Que soient plus particulièrement remerciés les auteurs des textes conséquents publiés dans le présent catalogue : Leena Ahtola-Moorhouse, Annabelle Görgen et, surtout, Uwe M. Schneede, qui, depuis deux ans, a pris une part très active à l’élaboration de cette exposition.

Ce catalogue est la première publication exhaustive consacrée à l’oeuvre de Schjerfbeck éditée hors de Scandinavie, hormis le catalogue américain, depuis longtemps épuisé, d’une exposition organisée par l’Ateneum en 1992 et présentée à Washington et à New York.

Notre plus cher espoir est que cette manifestation et le catalogue qui l’accompagne permettent au public européen non scandinave de découvrir l’oeuvre d’Helene Schjerfbeck, une artiste résolument indépendante qui peut avec juste raison revendiquer une place unique dans l’évolution du modernisme."

   
  > Voir la fiche d'Helene Schjerfbeck