Mam St Etienne Maurizio Nannucci

MAM St-Etienne

Lié à l'art conceptuel et au groupe Fluxus, Maurizio Nannucci utilise aussi bien la performance que la photographie, l'audiovisuel (la vidéo), le son (la musique électronique), le livre d'art. En 1967, il réalise pour la 1ère fois des textes en néon de couleur dont il utilise les qualités immatérielles et poétiques dans de grandes installations où le texte, l'espace, la lumière et la couleur forment un tout.

Maurizio Nannucci, artiste italien conceptuel né en 1939, réalise des travaux sur la combinaison de textes et d'images et les interprétations du langage allant de la photographie à la performance, des techniques d'impression, des livres d'artistes, des projections de diapositives et plus particulièrement des installations de néons.

A partir de 1967, proposant des mots ou des phrases, il entreprend un travail d'installation sur l'écriture, la couleur et la lumière construisant ainsi un dialogue avec le spectateur et l'espace. Pour lui, "écrire avec le néon permet avant tout de mettre les pensées et les mots en lumière, de leur donner des couleurs propices à l'imagination". L'écriture en tant qu'image autonome est constamment modifiée sous des aspects linguistiques, conceptuels et perceptifs. Ainsi, il propose une phrase "THE MISSING POEM IS THE POEM" ("Le poème absent est le poème") en niant la présence d'un poème qui se dissout dans le rouge fluorescent des lettres en néon pour produire une absence et un vide. Le spectateur peut alors réfléchir en comblant ce vide.

Régulièrement, la matérialité lumineuse et éblouissante de l'écriture fait référence à la fois à l'expérience sensuelle des couleurs primaires, mais aussi à la calligraphie/typographie : "who's afraid of red, yellow and blue", ou encore "VISION", "LOOK", et l'image du mot devient vision sensorielle dans des halos colorés étonnants.

Les écritures sont inscrites, parfois superposées les unes sur les autres, dans des cadres ([AND WHAT ABOUT THE TRUTH], [EVERY BODY NEEDS A PLACE TO THINK]) rappelant le cadre du tableau dont le titre ne fait que renforcer la couleur et la forme du thème exposé. Elles peuvent être placées soit à la verticale ou à l'horizontale sur le mur en visualisant des divergences d'images formées par le langage et suscitant l'imagination et des associations méditatives.

Son travail d'installation en néon confère au texte une qualité à la fois plastique et immatérielle. Et, c'est précisément parce que le néon favorise des interactions avec l'espace que Nannucci s'intéresse au rapport entre l'œuvre et l'architecture.

Au Musée d'Art Moderne, la monumentalité de la salle centrale qui lui a été proposée permet à l'artiste d'expérimenter une nouvelle forme d'installation murale dans des dimensions impressionnantes, inédite et produite pour l'occasion.