Mamcs Strasbourg Scurti

MAMC, Strasbourg

Musée d'Art Moderne & Contemporain de Strasbourg

Franck Scurti est né à Lyon en 1965, il vit et travaille aujourd'hui à Paris. Diplômé des Beaux-Arts de Saint-Etienne et de Grenoble, il appartient à cette génération d'artistes, tels Xavier Veilhan ou Mathieu Mercier, qui a suivi l'enseignement de Pontus Hulten, Daniel Buren, Sarkis, ou encore Serge Fauchereau, prodigué à l'Institut des hautes études en arts plastiques.

Scurti arrive sur le devant de la scène contemporaine au début des années 1990, développant une pratique où se mêlent sans hiérarchie le dessin, la vidéo, la sculpture, l'installation. Héritier de Duchamp et Picabia, de Marcel Broodthaers et de Francis Ponge, Scurti est aussi un enfant du rock, de la télé et de la street culture, qui semble s'amuser de la rencontre fortuite résultant du croisement de ses diverses sources d'inspiration.

Souvent très référencées par rapport à l'actualité, ses œuvres, séduisantes dans leur aspect (Scurti fait appel à un univers de formes qui nous est familier, tiré de la publicité, des journaux, de la télévision...) désorientent en réalité rapidement le regardeur : qu'il s'agisse du plaisant dessin animé qui berçait notre enfance revisité sur fond de cours de la bourse (La Linea, Tractatus Logico-Economicus, 2001) ou d'élégantes céramiques dorées à l'or fin fermement garrotées par une ceinture (Empty Worlds, 2009), étonnantes allégories de la crise économique actuelle, les oeuvres de Franck Scurti interrogent non sans humour notre perception du monde et notre sens critique. Le travail de Franck Scurti a fait l'objet de plusieurs expositions personnelles en France, notamment au Palais de Tokyo (Paris, «Before and After», 2002) ou plus récemment au Musée Picasso de Valauris («La Guerre et la Paix», 2009), mais aussi dans des institutions étrangères : Liverpool («Liverpool jackpot », Liverpool Biennal, Royaume-Uni, 2007) ou «Tokyo» («Air-Mess, Hermes shop window», 2006).