Palais de Tokyo

PALAIS DE TOKYO


Au plus près de la pensée de l’artiste, au plus près de la création en train de se constituer, dans le sillage même de l’invention de l’œuvre… la nouvelle saison du Palais de Tokyo, Imaginez l’imaginaire, rassemble des artistes de diverses générations dont les œuvres témoignent et parfois décrivent les processus de leur développement.

De la pensée de l’artiste à ce que le regardeur instaure, mille trajets sont possibles, aucun ne se ressemble. Imaginez l’imaginaire dresse une cartographie mouvante et non exhaustive de cette élasticité de l’art en construction.

Organisée en deux parties, la saison Imaginez l’imaginaire s’ouvre le 28 septembre avec une exposition thématique, Les Dérives de l’imaginaire, ainsi qu’une exposition personnelle de Fabrice Hyber, Matières premières, qui présente à la fois des œuvres anciennes et quatre paysages consacrés à la description d’un monde dont toutes les règles auraient été réinventées.

On pourra découvrir l’installation de Ryan Gander, sorte de bibliothèque mentale imaginaire, rébus associatif présenté à la sagacité des visiteurs, ainsi que des installations semi-pérennes de Bernard Aubertin, John Giorno et Takahiro Iwasaki. mais aussi une exposition de vidéos contemporaines croates, les modules - Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, le Fashion Program (Chloé. Attitudes par Judith Clark, The Impossible Wardrobe par Olivier Saillard et Tilda Swinton), Jon Rafman, etc.

La deuxième partie de la saison Imaginez l’imaginaire se déploie à partir du 17 octobre avec les expositions monographiques de Neïl Beloufa, Damir Ocko, Markus Schinwald et Helen Marten (lauréate du Prix Lafayette), l’exposition Après l’histoire : Alexandre Kojève photographe conçue par Boris Groys, une exposition Lost in LA, à Los Angeles et, à partir du 7 décembre, une nouvelle salve de modules, le Laboratoire éclairé de la consolation de l’École Supérieure d’Art d’Avignon et une exposition monographique d’Asim Waqif (résident Sam Art Projects).