Musée Quai Branly

Musée du QUAI BRANLY

L’exposition rassemble les seules œuvres connues à ce jour de Mangareva, petite île de l’archipel des Gambier. Il s’agit d’une douzaine de statues, anthropomorphes ou non, qui n’ont jamais été montrées au grand public.

L’exposition est également l’occasion de faire le point sur une société largement ignorée, et de faire connaître au monde la richesse et la singularité de cette culture insulaire. C’est aussi une manière, pour le peuple mangarévien, de retrouver ses dieux originels et de renouer avec son histoire.

L’île de Mangareva et les îlots qui l’entourent forment un ensemble d’îles hautes réparties à l’intérieur d’un même lagon, composant l’archipel des Gambier.

Celui-ci est isolé dans l’immensité du Pacifique : les terres les plus proches sont, le plus à l’est, quelques atolls des Tuamotu.

Peuplé autour de l’an mille par des Polynésiens, l’archipel est probablement à l’origine d’une migration vers l’île de Rapanui (l’île de Pâques). Découverte à la fin du 18ème siècle par le missionnaire Wilson, le sol de Mangareva ne sera foulé par des Occidentaux qu’en 1826 avec Beechey. Il y aura ensuite l’immense aventure missionnaire des Pères Laval et Caret, dont l’œuvre marque profondément le destin des Mangaréviens.

La fin du XIXème siècle annoncera la lente déchéance de la population, touchée par tous les maux apportés de l’extérieur, surtout les maladies, l’alcool.

L’exposition propose de faire redécouvrir au public cette société ancienne qui reste, de nos jours, méconnue.