Peinture Aborigène - Musée Quai Branly

Musée du QUAI BRANLY

L’exposition présente pour la première fois en Europe un mouvement artistique majeur, né à Papunya dans le désert d’Australie centrale, au début des années 1970.

En transposant sur des panneaux de bois les motifs de peintures rituelles éphémères, les artistes Aborigènes de Papunya créèrent une nouvelle forme d'art. Ces œuvres changèrent la manière d’appréhender le territoire et de concevoir l’histoire de l’art australien.

Avec près de 200 toiles et 70 objets, l’exposition présente les sources iconographiques et spirituelles du mouvement de Papunya et retrace son évolution depuis les premiers panneaux jusqu’aux grandes toiles des années 80 et 90.

Les artistes Walter Tjampitjinpa et Johnny Warangkula Tjupurrula sont connus pour avoir peint de nombreuses œuvres en référence au rêve d’eau en 1971-72. Les motifs sinueux représentés dans les œuvres de Walter Tjampitjinpa traduisent les méandres de l’eau tandis que les pointillés de Johnny Warangkula Tjupurrula - motif récurrent dans son œuvre - représentent la végétation nouvelle.

Pintupi est le nom d’une langue Aborigène, parlée dans le désert de l’ouest, situé dans le territoire du nord de l’Australie. Par extension, le terme désigne les habitants de cette région.

Les artistes Pintupi ont commencé à travailler avec des techniques différentes : crayon et aquarelle sur papier et non peinture sur panneaux de bois. La linéarité et la sobriété de ces premières œuvres sont aujourd'hui reconnues comme essentielles dans le mouvement Papunya.