Jean Isnard exposition Art Sénat

Jean Isnard

41 artistes se retrouvent autour du thème de l’exposition «Du vent dans les branches».

Titre à considérer au sens propre comme au sens figuré car il exprime toute la liberté inhérente à l’art actuel, qui mêle les supports et les techniques tout en repoussant les limites entre abstraction et figuration.

Dans l’Orangerie du Sénat, peintres et sculpteurs seront rassemblés autour d’un invité d’honneur : Robert Combas, chef de file de la Figuration libre. Né à l’aube des années 80, ce mouvement remit sur le devant de la scène le sujet et la forme dans une explosion de la couleur. Jusqu’alors dénigrées au profit du concept, peinture, figure et liberté reprenaient leurs droits.

Les sculptures monumentales installées tout l’été dans le jardin du Luxembourg font écho aux sculptures exposées dans l’Orangerie.

> Jean Isnard :

L’artiste sculpte des formes qui n’existent pas. A partir d’un dessin conçu à l’ordinateur, ses sculptures sont le fruit du procédé industriel de l'extrusion, soit l'expulsion d'un jet continu de matière au travers de matrices. Ce qui leur donne leur forme couche par couche en trois dimensions, comme une imprimante à jet d’encre reproduit un dessin ligne par ligne en deux dimensions.

La surface unie et colorée de ses sculptures confère un curieux sentiment d’apaisement par le jeu de leurs courbes et la circulation linéaire d'un flux permanent. Extrêmement lisses, ces formes ne masquent pas leurs origines virtuelles, numériques et calculées.