CENTRE POMPIDOU

Exposition : Bacon en toutes lettres

11 septembre 2019 - 20 janvier 2020


Centre Pompidou, Paris

À la suite des monographies consacrées à Marcel Duchamp, René Magritte, André Derain ou encore Henri Matisse, le Centre Pompidou poursuit la relecture des œuvres majeurs du 20e siècle et consacre une vaste exposition à Francis Bacon. La dernière grande exposition française de cet artiste eut lieu en 1996, au Centre Pompidou. Plus de vingt ans après, « Bacon. En toutes lettres » réunit des peintures de 1971 - année de la rétrospective que lui consacrent les galeries nationales du Grand Palais - à ses dernières œuvres en 1992 ; Didier Ottinger assure le commissariat de l’exposition qui explore de façon inédite l’influence de la littérature sur la peinture de Francis Bacon.

Six salles, ponctuant le parcours du visiteur, placent la littérature au cœur de l’exposition. Y sont lus des extraits des textes puisés dans la bibliothèque de Francis Bacon. Mathieu Amalric, Jean-Marc Barr, Carlo Brandt, Hippolyte Girardot, André Wilms, Valerie Dreville et Dominique Reymond lisent Eschyle, Nietzsche, Bataille, Leiris, Conrad et Eliot. Outre que ces auteurs ont directement inspiré à Bacon des œuvres, des motifs, ils partagent un univers poétique, forment une « famille spirituelle » en laquelle s’est reconnu le peintre. Chacun a exprimé une forme d’« athéologie », une défiance à l’endroit de toutes valeurs (beauté abstraite, téléologie historique, déité…) pouvant dicter à la pensée, à une œuvre, sa forme et son sens. Du combat de Nietzsche contre les « Arrières-mondes » au « Bas matérialisme » de Bataille, de l’esthétique du fragment d’Eliot au tragique d’Eschyle, du « régressisme » de Conrad au « sacré » de Leiris, ces auteurs partagent une même vision réaliste, a-moraliste du monde, une conception de l’art et de ses formes libérée des a priori de l’idéalisme..

L’exposition du Centre Pompidou s’attache aux œuvres réalisées par Bacon durant les deux dernières décennies de son œuvre. Elle comporte soixante tableaux (incluant 12 triptyques, ainsi qu’une série de portraits et d’autoportraits), issus des plus importantes collections privées et publiques. De 1971 à 1992, (date du décès du peintre), la peinture est stylistiquement marquée par sa simplification, par son intensification. Ses couleurs acquièrent une profondeur nouvelle, il use d’un registre chromatique inédit, de jaune, de rose, d’orange saturé.


--------------------



Lien : Site web du Centre Pompidou Paris