Galerie Bernard Mourier

Au cœur d’une ville d’histoire où les vieilles pierres tutoient le ciel éclatant de la Provence, la galerie Bernard Mourier est une invitation à l’éveil des sens. Frayez vous un chemin entre les ruelles sinueuses de Saint Rémy jusqu’à la place Charles De Gaulle pour découvrir un écrin subtil et gourmand, un volume idéal inondé de lumière. Bernard Mourier a su, patiemment, méticuleusement, amoureusement, créer un univers d’émotions où se mêlent des créations contemporaines de différents artistes, peintres, sculpteurs, céramistes. Le verre est un élément très présent dans l’univers de la galerie.

Loin d’être académique, la galerie Bernard Mourier est un pari réussi : offrir au néophyte comme au passionné, dans la plus parfaite harmonie, une immersion dans l’art, en toute simplicité.

Alchimie entre pureté, transparence et légèreté, les sculptures en pâte de verre de Lila Farget séduisent et enchantent comme un matin de printemps.

En véritable orfèvre, Cécile Babin utilise le verre comme pour capter une scène de vie, figeant le temps à l’instar d’un souvenir fixé dans nos mémoires…Verrier équilibriste, la matière obéit à Florian Rosier comme le serpent au son de la flûte.

L’univers et ses mystères sont probablement contenus dans ses œuvres. Chantal Royant recrée l’infiniment petit et l’infiniment grand : un cosmos constellé de bulles effervescentes emprisonnées dans le verre, une pluie céleste éclaboussant de vie des couleurs éclatantes, des poudres de lumière tutoyant le divin.

On aperçoit d’attachants petits personnages d’argile, ceux de Sophie Favre, empreints de fragilité et de délicatesse qui nous transportent dans une douce nostalgie. Subtiles également, sont les pièces en terre d’Irak de Marilyn Vince, jeune céramiste de talent, qui travaille la matière jusqu’à l’épure, jusqu’à l’originel. Les sculptures céramiques de Geneviève Chevallier, marquées par les éléments naturels, révèlent toute la beauté du monde végétal, minéral et marin dont elle puise sa source d’inspiration.

Quant à Michèle Savinel, elle modèle des structures sinueuses de bronze et de terre cuite, ombres filiformes surprises dans leurs pensées ou dans leur mouvement, débordantes de sensualité, touchantes d’humanisme et de réalité.

Monochromie des teintes, douceur des courbes, force du trait ou dynamisme des couleurs : chaque œuvre procure le plaisir de la vue et du toucher et fait appel à l’intime. Les toiles nous parlent de nous : corps en mouvement, fragmentés, torturés, inachevés pour ceux de Philippe Croq, danse aérienne de corps dénudés dans la légèreté sensuelle d’une fumée brune, sublimés par le talent d’Etienne Gros, figures enfantines aux couleurs tendres des tableaux de Pascal Bordaries… ou encore les impressions intemporelles d’Eric Trichet qui juxtapose si bien matière et couleur pour jouer avec notre imaginaire!

La peinture abstraite de Stéphanie Reymond est un festival de couleurs et de formes dont le travail de matière cache ou dévoile à loisir les secrets d’un immense savoir-faire…Laissez votre imagination vagabonder au gré de ces œuvres surprenantes, comme le sont celles de Laurent Guilbert, imprégnez-vous de leur puissance créative et vous serez transportés vers un ailleurs prometteur de découvertes.

Texte d’Ariane Kerbrat